Partir en toute sécurité

 

Dans le cadre de sa mission, un salarié peut être amené à effectuer des déplacements professionnels, en France ou à l’étranger. L’hémophilie n’est pas un obstacle à la mobilité. A condition de bien organiser ses voyages. Et, de connaître ses droits et obligations.

Se déplacer ou pas

 

Sauf circonstances familiales exceptionnelles ou arrêt maladie, un salarié qui refuse un déplacement s’expose à des sanctions pouvant aller jusqu’au licenciement.1

 

Toutefois, il existe certaines exceptions :

  • Le mode de transport doit être compatible avec son état de santé, tel que constaté par le médecin du travail,
  • Quant à l’employeur, il doit prévoir un suivi médical plus attentif pour les salariés très mobiles.2 

 

Votre check-list en cas de voyage professionnel

 

A l’étranger, l'accès aux traitements peut s'avérer difficile, voire impossible ou très coûteux pour les patients hémophiles.

  • Renseignez-vous auprès de l'Assurance maladie pour la prise en charge prévue dans le pays de destination.
  • Pour avoir tous les contacts utiles en poche, un annuaire des centres d’hémophilie du monde entier est disponible sur le site de la Fédération Mondiale de l'Hémophilie.3
  • L’ordonnance, carte d’hémophilie, carnet de suivi … Pour vos déplacements professionnels, n’oubliez pas d’emporter vos attestations médicales avec vous. Pour en savoir plus, lire notre article « S’organiser pour les vacances »

 

Sources

1. https://www.coindusalarie.fr/deplacement-professionnel

2. http://www.wk-rh.fr/actualites/detail/50439/dix-questions-sur-lesdeplacements-professionnels-des-salaries.html

3. www.wfh.org